SCPI
Publié le - 1085 visites -

Monter son propre affaire : créer ou reprendre une entreprise ?

Si vous envisagez de monter votre propre affaire, soit vous optez pour la création d’une nouvelle structure soit vous choisissez de faire une reprise. Pour faire un choix en toute connaissance de cause, voici des précisions sur les avantages et inconvénients de chaque option.

Création d’entreprise : avantages et limites

La création d’entreprise est particulièrement indiquée au porteur de projet qui souhaite développer une idée originale dont le principal objectif est de mettre en place une activité qui n’existe pas avant le démarrage. Ainsi, le fondateur peut librement orienter son affaire comme il le souhaite. Il n’aura pas à faire face à des contraintes à l’exception de celles qui se rapportent au marché dans lequel il souhaite se placer. En principe, la création d’une entreprise ne demande pas un fond de départ conséquent contrairement à une reprise. Toutefois, à vous devez vous attendre à rentrer moins d’argent dans les premiers mois, jusqu’à ce que votre entreprise se fasse connaître. Vous devez savoir que la mise en place d’une entreprise peut s’avérer complexe. Vous devez suivre plusieurs démarches pour ce faire. Ainsi, il vous faudra passer par l’étude de marché, la recherche de locaux, le recrutement du personnel et sa formation, l’aménagement des locaux, etc.

Reprise d’entreprise : avantages et limites

La reprise d’une entreprise est une option faisant principalement appel au créateur d’entreprise qui souhaite se lancer dans le monde de l’entrepreneuriat en investissant dans une affaire qui existe déjà qui est chiffrable et autant que possible rentable. En effet, la cession regroupe le savoir-faire de l’entreprise, mais aussi sa clientèle existante, son emplacement, ses fichiers clients et ses prospects éventuels. En d’autres termes, le fait que l’activité existe déjà offre plus de sécurité au démarrage. Cependant, cette option accorde moins de souplesse et de marge de manœuvre pour le repreneur concernant la gestion de son affaire. En outre, le cédant peut à tout moment renoncer à la vente tant que le rachat n’est pas signé.

Les publications similaires de "Législation"

  1. 24 Avril 2019La législation immobilière pour les frontaliers131 visites
  2. 11 Août 2018Loi Girardin : investissement dans les Dom-Tom, conditions et avantages339 visites
  3. 18 Juil. 2017Les règles du démembrement de l’assurance vie701 visites
  4. 22 Oct. 2015L'immobilier est aussi une spécialité du cabinet GAUTIER !2322 visites
  5. 14 Sept. 2015La loi Pinel1409 visites